Le sacré de Birmanie : que retenir de cette race de chat ?

Dans la longue liste des animaux de compagnie, le chat occupe une place de choix. Et les chats, il en existe de plusieurs races. Parmi les plus connus se retrouve le sacré de Birmanie. Que peut-on donc retenir de ce chat ? Retrouvez dans cet article la réponse à cette interrogation.

Quelle est l’origine du sacré de Birmanie ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser à première vue, le sacré de Birmanie ou tout simplement birman n’est pas vraiment un chat d’origine birmane. Il est plutôt originaire de la France. Toutefois, on l’associe à plusieurs légendes birmanes. La plus célèbre de ces légendes s’est déroulée au XVIIIe siècle. Elle raconte qu’à l’origine, il s’agissait d’un chat complètement blanc nommé Sinh. Ce chat était tellement fidèle et dévoué à son maître, qui n’était autre que le grand-prêtre Lama. Il voulut donc venger ce dernier, après que des ennemis l’ont attaqué sous ses yeux. Il s’empara du pouvoir magique de la déesse qui le métamorphosa. C’est alors qu’il prit son apparence actuelle. Ses yeux prirent une couleur bleu-azur, son pelage devint doré et ses pattes, pour symboliser la pureté de la déesse, devinrent encore plus blanches. Grâce à ce pouvoir, il put sauver le temple, mais il était trop tard pour sauver son maître. Sinh était tellement inconsolable de la mort de ce dernier qu’il mourra à son tour.

Cette légende, bien que célèbre, demeure un mythe. On considère le sacré de Birmanie comme provenant d’une union entre un chat siamois ganté et un Persan, par les éleveurs du Sud de la France. C’est d’ailleurs ce qui explique son origine française. Ce couplage donne aussi au sacré de Birmanie des caractéristiques uniques.

Qu’est-ce qui caractérise le sacré de Birmanie ?

Le sacré de Birmanie se distingue nettement des autres chats :  d’abord par son physique, mais surtout par son caractère particulier. Sur le plan physique, et au-delà de son pelage doré mi — long, c’est beaucoup plus le contraste dans les couleurs qui saute aux yeux. Alors que les extrémités ou points sont exclusivement pigmentés, les parties restantes de sa robe varient du blanc au crème. Il ne faut pas non plus oublier la couleur de ses yeux qui est toujours bleue. Ses pattes sont couvertes d’une sorte de gants blancs, ce qui explique le terme « gantage » qui est souvent employé pour désigner cet aspect. Rappelons toutefois qu’à la naissance, les chatons sont presque blancs. Il leur faut 1 à 2 mois pour qu’apparaissent les points et les gants. Les autres parties de la robe vont aussi suivre le mouvement en devenant foncées avec le temps.

Sur le plan comportemental, le péché mignon du chat sacré de Birmanie est qu’il est trop collant à son maître. Il le choisit lui-même et entretient avec ce dernier une relation privilégiée. Il a donc tendance à être le chat d’une seule personne, même s’il apprécie également le contact d’autres personnes. Il s’entend aussi très bien avec les autres chats et même les chiens à moins qu’ils ne soient bruyants ou tumultueux. En effet, il préfère le calme et la tranquillité. Lorsqu’on le compare à d’autres races de chat, le sacré de Birmanie est de nature plutôt tolérante, douce et peu bavarde.

Comment être un bon maître pour son sacré de Birmanie ?

Le sacré de Birmanie est le seul à connaître vraiment les critères de choix de son maître. Ceux-ci sont propres à chaque chat. Toutefois, avec un peu d’attention et une bonne alimentation, vous aurez plus de chance d’être le candidat idéal. Dans un premier temps, évitez le bruit. Il faut plutôt tout faire pour qu’il se sente en sécurité. Faites-lui donc des caresses de temps en temps et surtout à l’heure du dîner. Et en parlant justement de dîner, il faut savoir que l’alimentation d’un chat doit tenir compte de son âge, de son poids, ainsi que de son activité physique. Il faut donner à votre chat de bonnes habitudes alimentaires. Les croquettes sont servies toutes les 24 heures. Et s’il en réclame avant, il est mieux de l’occuper avec de la friandise ou de l’herbe à chat. Il faut éviter que votre sacré de Birmanie soit en contact avec des aliments humains, car leur prise peut lui être nocive. Cependant, il faut que le chat ait accès à de l’eau fraîche tout au long de la journée pour se désaltérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.